Townscaper

Townscaper n’est pas vraiment un jeu vidéo tel qu’on l’entend généralement : sans objectif ni contrainte, c’est plutôt un « jouet virtuel », et en ce sens, il ne plaira pas à tout le monde.

Le « but » de ce « jouet » est donc de construire une petite ville. Sur une grille irrégulière, dans une zone relativement compacte, on place des blocs de différentes couleurs qui, selon leur agencement, créent des quais, des rues, des maisons, des immeubles, des tours, etc. Les variations sont nombreuses selon ce qui est placé autour, et c’est un réel plaisir de construire son petit village, et d’observer ce qui apparaît sous nos yeux : des bancs, des arbustes, des pigeons sur les toits, des cours intérieures, des escaliers, du linge aux fenêtres… C’est adorable et charmant mais, malheureusement, on n’a absolument aucun contrôle dessus, d’autant plus qu’il n’y a qu’un seul environnement disponible : c’est donc assez limité, et cela risque d’en frustrer plus d’un.

Graphiquement c’est très mignon, les couleurs pastel sont très bien choisies, et le feedback sonore lorsque l’on place des blocs donne un côté très « tactile » et plaisant à la construction. En revanche, il n’y a pas de musique : c’est probablement un jeu pensé pour jouer sur PC avec de la musique en fond sonore, mais sur Switch, ça manque.

Townscaper est un très bon « jouet » pour se détendre quelques minutes entre deux plus gros jeux, mais il est aussi très limité, et on en aura vite fait le tour.