Les mini-machines d’émulation

Sommaire


Pour acheter ces machines, en général, vous n’avez pas beaucoup d’autre option que d’aller sur AliExpress ou un autre site équivalent.

A noter : ce sont souvent des machines avec des firmwares officiels un peu nazes qu’il faut remplacer par des firmwares développés par la communauté pour en exploiter le potentiel. N’espérez pas avoir une machine « plug and play » et sans souci.

Quelques ressources :

Les consoles hackées

Il est possible de hacker la plupart des consoles portables pour pouvoir y utiliser des émulateurs.

GBA
En utilisant un linker (Supercard Mini, EZ Flash), vous pouvez faire tourner non seulement les roms GBA sur le vrai hardware, mais vous trouverez également quelques émulateurs pour d’autres consoles : NES (PocketNES), Master System (DrSMS), PC Engine (PCEAdvance), Game Boy/Color (Goomba/Goomba Color), NeoGeo Pocket (NGP Advance), et bien d’autres de plus ou moins bonne qualité, limités forcément par la résolution de l’écran et le nombre de boutons en façade : il existe bien un émulateur SNES, mais avec 2 boutons en moins, n’espérez pas jouer à grand-chose.

GBA SP

Nintendo DS
En utilisant un linker (M3, R4, Supercard, EZ Flash, etc), vous pouvez faire tourner non seulement les roms DS sur le vrai hardware, mais aussi de nombreux émulateurs : arcade, ordinateurs, et un peu toutes les consoles 8 et 16 bits. La DS n’est pas très puissante, mais son double écran permet d’émuler les anciens ordinateurs avec un clavier fonctionnel.

NDS

PSP
En hackant la PSP, vous pouvez y faire tourner des ISO des jeux sur le vrai hardware, mais aussi de nombreux émulateurs pour toutes les consoles de 8 à 32 bits, et même parfois au-delà : elle peut même émuler la DS ! (même si ce n’est évidemment pas très utilisable). Elle possède également l’émulation PS1 en hardware, c’est donc un choix populaire pour ce type d’émulation. La console se trouve encore à pas trop cher, son hack n’est pas très compliqué, mais les Memory Stick commencent à être difficiles à trouver : vérifiez avant si vous en trouvez à pas trop cher, ou si vous trouvez un adaptateur pour micro SD.

PSP

3DS En hackant la 3DS, vous pouvez faire tourner les roms sur le vrai hardware, mais aussi de nombreux émulateurs pour toutes les consoles de 8 à 32 bits, mais sa puissance relativement limitée lui empêche d’émuler la PSP. C’est sans doute le meilleur choix si vous voulez jouer aux jeux DS et 3DS, surtout s’ils utilisent les particularités du hardware (tactile, double écran). Il est également possible de trouver des linkers pour 3DS, mais ceux-ci vous limiteront aux roms 3DS.

3DS

Vita
En hackant la Vita, vous pouvez faire tourner les roms sur le vrai hardware, mais aussi de nombreux émulateurs pour toutes les consoles de 8 à 32 bits, y compris (et c’est sans doute son plus gros avantage) la PSP nativement (via rétrocompatibilité) : vous avez donc ainsi une machine Sony qui fait tourner la PS1, la PSP et bien sûr les jeux Vita, en plus de tout le reste. La machine se trouve encore à pas trop cher même si son prix commence à bien grimper, mais comme pour la PSP, son inconvénient principal est son format propriétaire de cartes mémoires, très chères et de plus en plus difficiles à trouver ; il existe cependant des adaptateurs pour y utiliser des cartes micro SD.

Vita

Switch
Les premiers modèles de Switch peuvent être hackés pour y faire tourner des roms Switch, mais on peut également y installer Android (et tous les émulateurs disponibles dessus), ou bien de nombreux émulateurs, particulièrement RetroArch qui permet de faire tourner un très grand nombre de systèmes de manière performante, et même dans une certaine mesure la Saturn, la Dreamcast, et la Gamecube ! C’est un excellent choix d’émulation, mais la faille permettant de hacker la machine ayant été corrigée assez rapidement, vous êtes limité à certains modèles, un peu plus difficiles (et plus chers) à trouver.

Switch

Xbox One/Series S/X
Les consoles ne se hackent pas, mais il est possible d’y activer un « mode développeur » (mode officiel, activable moyennant quelques euros pour se créer un compte développeur) qui permet ensuite d’y installer RetroArch, et avoir ainsi accès à tous les émulateurs RA. La Xbox Series S est certainement la machine qui a le meilleur rapport performances/prix du marché actuellement, et elle fait tourner sans aucun souci tous les émulateurs, y compris N64, Saturn, Dreamcast, Gamecube, Wii et PSP, et même la PS2. En revanche, contrairement aux consoles ci-dessus, elle n’est évidemment pas transportable.

Xbox Series S

Les machines dédiées

Depuis quelques années, ce type de machine se popularise, et vous pourrez trouver un peu de tout, depuis le gadget à 20€ jusqu’à la machine de très bonne qualité à 200€.

Anbernic RG-300, RG-350, RG-351, RG-552…
Anbernic est un spécialiste des machines plutôt équilibrées, avec des prix qui tournent autour des 100€, et une très grosse communauté. Ils sortent de nouveaux modèles régulièrement, avec des améliorations de performances, de maniabilité ou juste d’esthétique. Leurs machines sont plutôt recommandées, mais n’achetez pas n’importe quoi les yeux fermés, ils sont capables du meilleur comme du pire.
Site : https://anbernic.com/

RG 350

DigiRetro (DigiRetroBoy)
Une machine clone de la GBA, qui combine un lecteur de cartouche GBA et des émulateurs intégrés.
Site : https://digiretro.com/

DigiRetroBoy

Odroid Go Advance, Super
Des machines basées sur ODroid, une carte concurrente du Raspberry Pi, et donc modifiables, et se basant sur des systèmes open source (RetroPie, Recalbox, etc). Un rapport qualité/prix correct même si la qualité de fabrication est parfois assez moyenne.
Site : https://www.hardkernel.com/

ODroid Go Advance

Powkiddy
Un fabricant de machines généralement assez peu chères, mais évidemment moins performantes et de moins bonnes qualité. Un bon compromis si vous ne voulez restreindre votre budget.
Site : https://powkiddy.com/

Powkiddy Q20

Les PC ultra-méga portables

Gros avantage de ces PC sous Windows (ou Linux) qui ressemblent à des consoles : ils tournent sous Windows (ou Linux), et vous pouvez donc modifier ce que vous voulez au niveau logiciel, les utiliser pour aller sur internet, regarder des films, envoyer des mails, etc. En revanche, le matériel est souvent beaucoup plus cher.

Aya Neo
Une machine Windows, puissante (APU Ryzen 5, 16Go de RAM) mais très, très chère (autour de 1000$).
Site : https://www.ayaneo.com/

Aya Neo

GPD Fabricant d’ordinateurs avant tout, ils font des ultra-micro-PC, certains pour travailler et d’autres pour jouer, avec un pad et des boutons intégrés.
Site : https://www.gpd.hk/

GPD Win

Steam Deck
Le plus gros magasin de jeux PC se remet au hardware pour le Steam Deck, un PC très performant et au prix relativement contenu au vu du hardware (à partir de 400€), mais en disponibilité limitée. Un très bon choix sans compromis, si vous avez la chance de pouvoir le commander.
Site : https://www.steamdeck.com/

Steam Deck

Les machines sous Android

De plus en plus de fabricants proposent des machines sous Android, qui sont grosso modo des téléphones avec un pad et des boutons collés à la coque. N’en attendez pas autre chose, ce sont avant tout des machines pensées pour jouer aux jeux smartphone (Fortnite ou FreeFire en tête), mais aussi aux nombreux émulateurs disponibles sur la plateforme : la plupart n’ont même pas de fonction téléphone. Ce type de machine est généralement bien plus cher qu’une machine dédiée (comptez au moins 200€, souvent environ 400-500€) mais sont aussi bien plus performants, et permettent surtout de les utiliser pour autre chose que du rétrogaming (web, Netflix, etc).

A noter que si vous avez un smartphone haut de gamme, vous pouvez aussi simplement y rajouter une manette, ça fera très bien l’affaire.

Ayn Odin
Une machine avec un form factor rappelant fortement la Switch, avec un bon rapport performances/prix et plusieurs configurations possibles, un dock, une sortie HDMI, et devrait permettre de faire tourner certains jeux Gamecube/Wii, PSP voire PS2.
Site : https://www.ayn.hk/

Ayn Odin

GPD Fabricant d’ordinateurs avant tout, ils font également des machines sous Android avec pads et boutons intégrés.
Site : https://www.gpd.hk/

GPD XD

NVidia
Le célèbre fabricant de cartes graphiques et autre matériel PC fabrique aussi une « box Android » avec du bon matériel (identique à la Switch), très réputé chez les amateurs de rétrogaming, mais évidemment impossible à transporter.
Site : https://www.nvidia.com/shield/

Nvidia Shield

Powkiddy
En plus de leurs nombreuses machines dédiées au rétrogaming, Powkiddy fabrique aussi quelques machines sous Android, avec un rapport performances/prix assez variable.
Site : https://powkiddy.com/

Powkiddy X18S

Retroid
Leur première version a un hardware un peu vieillissant et pas très performant, mais leur nouveau modèle « 2+ » a un rapport performances/prix très intéressant, en plus de proposer un upgrade « DIY » moins cher, si vous possédez le premier.
Site : https://www.goretroid.com/

Retroid Pocket 2

Le DIY

Dans cette catégorie vous trouverez des kits à monter soi-même, comme des boîtiers pour Raspberry Pi par exemple. C’est souvent moins cher mais il faut mettre la main à la pâte, ce qui est l’intérêt principal de la chose : pour « juste jouer », il est bien plus intéressant de prendre une machine dédiée.

8BCraft (RaspiBoy, RetroStone)
Fabrique un boîtier dans lesquels vous ajoutez un Pi Zero (RaspiBoy), et un autre « tout compris » au format Game Boy (RetroStone).
Site : https://www.8bcraft.com/

RaspiBoy

BittBoy
Deux boîtiers sur la même base mais avec des formes différentes : BittBoy (verticale) et PocketGO (horizontale).
Site : https://www.bittboy.com/

Bittboy

Clockwork Pi (Gameshell)
Une machine open source, destinée à être bricolée. Ils vendent la machine montée ou en pièces détachées.
Site : https://www.clockworkpi.com/

Clockwork Pi

GBZ Mods (1Up Pi Boy, Retro CM3)
Fabriquent diverses tailles de boîtiers dans lesquels ajouter des Pi soi-même, et une console compacte avec aussi un Pi, mais pré-intégré.
Site : https://www.gbzmods.com/

GBZero

MiSTer
Une machine open source à base de FPGA, que vous devez construire vous-même en achetant des morceaux ici et là.
Site : https://github.com/MiSTer-devel/Main_MiSTer/wiki

MiSTER

Retroflag GPi Case
Un boîtier clone de Game Boy, dans lequel on insère un Raspberry Pi Zero pour pouvoir jouer.
Site : http://retroflag.com/

GPi Case

A noter l’existence d’un module non officiel, qui permet d’utiliser un Compute Module 3 (un Pi 3 en forme de barrette d’extension) et donc bien plus puissant que le Zero.