Aller à la barre d’outils

Akane

Akane est un pur jeu d’arcade dans la veine de Smash TV, avec un style à la croisée de Kill Bill et Akira.

Comme Smash TV, le jeu est composé d’une seule arène, carrée et simple, dans laquelle des ennemis apparaissent en continu (ou presque), et le but est de faire le plus haut score possible.
Il y a bien un semblant d’histoire raconté durant le tutoriel ou évoqué durant les rares dialogues, mais il ne semble pas très développé ni très important, bien qu’assez intriguant.

Le style de jeu est donc purement arcade à l’ancienne, mais Akane apporte tout de même une couche de modernité.

En premier lieu, il y a quelques objectifs, souvent assez difficiles à remplir, qui permettent de débloquer quelques armes et équipements. Ceux-ci sont susceptibles de changer le gameplay assez radicalement : style de dash, style de tir, coup secondaire du katana…

Ensuite, le gameplay est plus évolué qu’un jeu arcade des années 80, et faire un tour dans le tutoriel n’est pas de trop : frappe de katana, tir qui se recharge avec le temps, blocage, jauge d’adrénaline qui permet de faire des coups spéciaux, j’en oublie.
Il y a d’ailleurs quelques subtilités comme la possibilité de bloquer un coup adverse en frappant en même temps, les tirs ennemis qu’on peut dévier, etc.

En revanche, c’est un vrai jeu d’arcade pour les accros au scoring, et il ne faut pas s’attendre à plus. Pas d’histoire, une progression limitée aux quelques items à débloquer : on tourne assez vite en rond, et l’objectif devient simplement de maîtriser le gameplay, pour conserver sa jauge de combo la plus haute possible en utilisant tout l’arsenal à notre disposition. Chaque mort permet de réessayer instantanément, sans aucun temps de chargement, ce qui contribue au feeling intense du jeu.

Les ennemis sont d’ailleurs variés en design (tatoués, punk, costard…) mais pas du tout en comportement : il y a les ennemis de base au katana qui servent de chair à canon, des snipers, des gros qui servent de tanks, de rares cyber ninjas, et un seul et unique boss, qui revient tous les 100 ennemis tués. Il y a donc un peu moins de variété que dans Robotron, d’autant plus que les “vagues” varient un peu moins vite et moins radicalement, mais on n’a pas le temps de s’ennuyer pour autant.

Graphiquement, Akane est très propre et bourré de détails, avec un style extrêmement fort et présent à chaque instant, et ce depuis les premières images. Des néons clignotent partout, et les ennemis explosent dans des gerbes de sang. L’animation d’introduction donne le ton : Akane, dans un ascenseur recouvert de sang, avec des lumières rouges qui défilent, et des ennemis mutilés au sol.

J’insiste vraiment sur ce point parce que cette identité graphique marquée est une excellente composante du jeu : si vous accrochez, il y a des chances que vous apprécierez le jeu, quelles que soient vos performances.

La musique est d’ailleurs au même niveau que les graphismes, excellente, d’un style “électronique japonisante cyberpunk” et contribue très bien à l’ambiance. Les bruitages sont à l’avenant, bien pêchus, et on notera même la présence du Wilhelm Scream, pour ceux qui connaissent.

Bref, un jeu d’arcade neo-rétro simple mais très fun, avec une ambiance très marquée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.