AngerForce: Reloaded

AngerForce Reloaded est un shmup dans une ambiance originale qui mêle science-fiction et steampunk.

Le gameplay est relativement complexe : quatre personnages réellement variés, aussi bien en vie et puissance de feu qu’en attaques spéciales, qui demandent des approches totalement différentes, qui demandent de prendre plus ou moins de risques. Les niveaux et les boss ont des patterns plutôt bons bien qu’assez classiques, et le tout fait furieusement penser aux jeux Psikyo, pour ne pas dire que AngerForce les repompe carrément par moments. Il n’y a en revanche pas de powerup à ramasser, ce que personnellement je préfère mille fois : le personnage est à puissance maximale dès le début, et le reste tout le temps.

Deux modes principaux sont disponibles : un mode arcade avec une seule vie et pas de continue, et un mode « campagne ». Dans ce dernier, il faudra grinder à l’aide de points lâchés par certains ennemis, pour obtenir des regains de vie/bombes/énergie entre les niveaux, ou des améliorations permanentes en fin de partie. Ces améliorations sont aussi disponibles en mode arcade, mais plutôt à la manière d’un roguelike : à la fin de chaque niveau il est possible de choisir une amélioration parmi 3 proposées aléatoirement. Je trouve cet aspect un peu bancal, car un jeu arcade se doit de minimiser le côté aléatoire, et ces améliorations peuvent parfois rendre une partie sensiblement plus facile, ou plus difficile.

AngerForce est dur. Le mode facile ne donne accès qu’aux 3 premiers niveaux de la campagne, ce qui est particulièrement frustrant : dès le mode normal la difficulté monte d’un bon cran, et les derniers niveaux, accessibles uniquement en mode difficile, sont vraiment hardcores ; j’aurais aimé pouvoir m’y entraîner en mode facile. Il est possible de grinder pour améliorer le personnage, mais je préférerai m’améliorer tout seul et ne pas me reposer sur ce genre d’artifice, qui fait penser à un reliquat de jeu smartphone, d’autant plus qu’on finit par prendre l’habitude d’avoir un personnage boosté, que l’on perd ensuite en mode arcade. Si malgré tout ça vous trouvez le jeu trop facile quand-même, les personnages font également office de modulation de difficulté : ils ont de 2 à 5 points de vie, et certains n’ont que des attaques secondaires à courte portée, ce qui les rend particulièrement peu accessibles.

Graphiquement, le jeu est plutôt joli : à mi-chemin entre la 3D en cell shading et la 2D vectorielle, la visibilité est très bonne avec une hitbox bien définie par un point lumineux. Le design steampunk est plutôt original, et les boss sont introduits par une petite animation qui leur donnent beaucoup de personnalité. En revanche, les chargements sont un peu longs entre les niveaux, ce qui casse le rythme.

AngerForce Reloaded est plutôt sympathique, bien fait, avec de bonnes idées et un bon design ; mais sa difficulté pas très accueillante en rebutera plus d’un, dont moi.