Horizon Chase Turbo

Mise à jour

Un DLC « Summer Vibes » est maintenant disponible pour 2€, qui rajoute une voiture décapotable inspirée de OutRun, des remix de musiques, ainsi que des « reskin » de 12 circuits (des tracés tirés de la campagne mais avec un décor différent). J’ai bien aimé.

Mise à jour (2)

Un DLC gratuit « Rookies » est disponible, qui propose un championnat avec moins de voitures, des concurrents moins agressifs, et pas de pièces ni d’essence. Un très bon moyen de faire découvrir le jeu aux moins aguerris.


Horizon Chase Turbo est un jeu de course qui renvoie à l’âge d’or de l’arcade, un concentré de fun à l’état pur.

Extérieurement, il est inspiré par Out Run, mais en jeu, il fait plutôt penser à un croisement entre Top Gear (le jeu SNES) et Scud Race, car les courses se déroulent sur des circuits avec des concurrents, et les virages se négocient en mode « tout à fond, tout en drift ». Tout comme Shovel Knight fait des rappels à de multiples jeux 8 bits, Horizon Chase Turbo pioche dans diverses inspirations de jeux de course rétro : les couleurs flashy et le style de conduite de Out Run, les circuits de Top Gear, le « low poly » de Virtua Racing, les nombreux concurrents de Daytona USA…

Horizon Chase est le type de jeu où l’on démarre chaque course en dernière position, et où l’on va plus vite que tout les concurrents, l’objectif étant de négocier les dépassements au bon moment. En cela, c’est presque plus une course d’obstacles que de trajectoires. Ne cherchez pas à prendre la corde dans chaque virage, ça ne sert à rien.

La voiture dérape dans tous les virages, et le frein ne sert que pour les virages très serrés, pour rattraper nos erreurs ou éviter un concurrent. La plupart des virages se prennent à fond, et comme dans les jeux de la génération Out Run, les virages très légers se prennent sans toucher au volant, avec la voiture qui semble tourner toute seule.

Toujours dans l’esprit rétro arcade, Horizon Chase est plutôt joli, dans le style épuré, « low poly », mais avec pas mal de détails au loin et sur les côtés de la piste. Le design est travaillé, et dégage une vraie personnalité, il semble être un choix qui veut renvoyer aux premiers jeux arcade 3D sans textures comme Virtua Racing, et non pas de la fainéantise.

Le jeu est par ailleurs (et de manière surprenante) plein d’humour. Il nous trolle dans les tips durant les chargements (« si vous avez du mal avec un virage, essayez de freiner »), et on voit des bulles de vannes, lorsque l’on double un concurrent, par exemple (« retire le frein à main ! »). Ce n’est pas hilarant, tout juste amusant, mais ça donne un peu de personnalité à un type de jeu qui n’en a pas souvent. C’est bien trouvé.

L’impression de vitesse est excellente, et parfois même presque un peu trop rapide, certains circuits nécessitent de rester concentré au maximum. Les décors passent à toute allure, les dénivelés s’enchaînent et masquent les virages, les obstacles en bord de piste débordent parfois un peu, la tension est constante.

Techniquement, il tourne à 60fps constants (Switch mode portable), et les chargements sont assez rapides. Tout au plus peut-on déplorer de rares micro-freezes aléatoires durant les courses. Espérons qu’un patch arrivera.

Les musiques sont vraiment excellentes, de type électro « outrun » (le style de musique), en un peu plus soft, moins agressif que ce qu’on peut généralement trouver. Elles sont créées par Barry Leitch, le compositeur des musiques de… Top Gear sur SNES, qui est, je le rappelle, une des plus grosses inspirations du jeu. Elles donnent la pêche, collent toujours au rythme, et se laissent écouter sans aucun souci même en-dehors du jeu.

Le contenu est assez conséquent. Le jeu comprend 32 voitures inspirées de vraies : supercars, berlines, muscle cars, etc, mais aussi des gros délires comme un van combi ou une Fiat Panda avec une échelle sur le toit (« pour aller plus vite », nous dit la description). Les différentes voitures ne changent que les chiffres (vitesse, accélération, etc), mais pas la manière de les conduire. Cela étant dit, certaines voitures sont plus adaptées à certains circuits, en fonction de leurs caractéristiques, et elles sont globalement bien équilibrées.
Il y a quelques améliorations à débloquer, mais je ne suis pas sûr qu’elles soient nécessaires pour pouvoir progresser.

Il y a 12 régions réparties autour du globe, et 10 circuits dans chaque région. Ces circuits sont réellement différents et très variés : tracé, décor, dénivelé, heure du jour ou de la nuit, etc, tout change sans arrêt. Certains circuits offrent des tracés réellement intéressants, avec des perspectives qui masquent les virages, par exemple.

Horizon Chase sur Switch propose un mode multijouer « instantané », qui demande simplement de détacher les joycons. Jusqu’à 4 joueurs en écran splitté peuvent s’affronter, mais seulement sur les modes solo avec les 20 voitures en piste, il n’y a pas de mode multijoueur dédié.
Il y a par ailleurs un mode « tournoi » qui enchaîne 4 courses, avec un classement général, qui est très adapté au multi local.
Côté online, il n’y a pas de courses « en direct », mais chaque circuit a un leaderboard de nos amis, avec des fantômes.
Enfin, il y a un mode « playground » qui propose 5 courses différentes chaque semaine, avec leaderboards mondiaux.

A priori, Horizon Chase n’est pas très difficile si l’on cherche uniquement à avancer dans la campagne ; c’est si l’on cherche à obtenir l’or sur chaque course que ça se corse un peu. A ce niveau, le jeu est parfois un petit peu basé sur la chance, car un concurrent qui nous rentre dedans au mauvais moment peut parfois nous faire perdre la course.
Au début du jeu, l’IA est plutôt sympa et nous laisse généralement remonter quelques places sans souci après un crash, et ne cherche pas à nous bloquer ou nous rentrer dedans volontairement… excepté les adversaires en tête de course, qui sont généralement plus retors que ceux dans le peloton. Même en se crashant plusieurs fois dans le décor, on terminera généralement sans encombre à la 5e place, le minimum pour débloquer la course suivante.
En revanche, atteindre la tête deviendra de plus en plus difficile au fur et à mesure de la progression, et arrivé aux deux tiers du jeu, les adversaires auront tendance à nous barrer la route pour nous empêcher de passer. Utiliser la nitro au bon moment devient critique pour les dépasser, et vous devrez sans doute faire et refaire un bon nombre de courses pour avoir l’or partout.

Horizon Chase Turbo est un excellent jeu d’arcade à l’ancienne, rapide à prendre en main mais difficile à maîtriser, qui vous promet des heures de fun.