Aller à la barre d’outils

The VideoKid

The VideoKid est une repompe de Paper Boy, mais avec un skater qui livre des cassettes VHS.

C’est une lettre d’amour aux années 80/90, et est bourré de références de pop culture : jeux, séries, dessins animés, films, comics, tout y passe. C’est très amusant les premières fois de découvrir l’assaut de personnages venus de cette époque, mais il faut bien avouer qu’après une dizaine de tentatives, ça tourne un peu en boucle.
Les tenues que l’on peut acheter font également toutes référence à des films ou séries : Retour vers le Futur, Karaté Kid, Rambo, etc.

C’est un jeu purement arcade, simple et assez minimaliste. Il y a des choses à débloquer mais elles sont purement visuelles (tenues et tricks de skate qui ne servent à rien), et il n’y a qu’un seul niveau, à refaire encore et encore, avec des obstacles disposés de manière aléatoire. Une fois la fin du niveau atteinte, il n’y a rien d’autre à faire que recommencer en essayant d’obtenir un meilleur score.

VideoKid est un “auto-runner”, en vue isométrique, dans lequel on va changer de file pour éviter les obstacles ou ramasser de l’argent, pendant que l’on lance des cassettes VHS pour les livrer dans les boîtes aux lettres, ou tirer sur les personnages en bord de route, pour le fun.
Il y a un système de risques et récompenses : les 3 voies (le trottoir et les deux files de voitures) ont de moins en moins de visibilité mais de plus en plus d’argent disposé dessus. Cependant, comme l’argent ne sert à rien, on a tôt fait de rester au maximum sur le trottoir.

Le jeu est relativement difficile, pour plusieurs raisons.
La première, c’est que les obstacles, qui sont disposés aléatoirement, sont de plus en plus nombreux sur la fin du niveau, jusqu’à parfois être quasiment impossibles à franchir.
La seconde, bien plus embêtante, c’est que les hitbox ne sont pas évidentes à appréhender, et il arrive assez fréquemment de perdre en touchant un obstacle alors que l’on pensait en être assez loin.

A cette difficulté s’ajoute un manque de reprise immédiate très pénible sur le long terme : à chaque fois, on aura droit à une animation impossible à passer dans laquelle l’argent est compté lentement, y compris si on a récolté zéro parce qu’on s’est lamentablement planté dès le début du niveau. C’est contradictoire avec l’esprit arcade simple du jeu, et finit par être assez rébarbatif.
C’est sans doute le 2e défaut le plus pénible, après les hitbox imprécises.

La musique est sympathique, par Savant, un compositeur/DJ de musique électronique relativement connu… mais malheureusement, il n’y a qu’un seul morceau, ce qui devient vite répétitif.
Les bruitages sont corrects, mais certains sont trop fréquents : je pense notamment au commentateur de basket, qui fait un commentaire à chaque fois que l’on touche quelque chose en tirant, et qui finit par être assez énervant.

Malgré tous ces défauts, VideoKid n’est pas foncièrement un mauvais jeu, et il se laisse jouer, par petites sessions, entre deux autres.

Bref, un jeu d’arcade assez moyen, qui peut faire passer un moment sympathique de temps à autres, mais pas beaucoup plus.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.