Aller à la barre d’outils

Danmaku Unlimited 3

Danmaku Unlimited 3 est un shmup type “bullet hell”.

La base du gameplay est très classique pour un bullet hell moderne : des milliers de balles arrivent dans tous les sens, le vaisseau que l’on contrôle tire sur quasiment toute la largeur de l’écran, il n’y a qu’une minuscule zone au centre du vaisseau à surveiller, un système de “graze” qui fait grimper les points quand on frôle les balles, etc.

Le grand avantage de Danmaku Unlimited 3 par rapport à d’autres, c’est son accessibilité pour les débutants. Il y a une grande personnalisation de la difficulté : deux modes de jeu plus ou moins complexes, quatre niveaux de difficulté qui augmentent le nombre et la vitesse des tirs, des bombes qui se déclenchent automatiquement ou non, on peut configurer son nombre de vies, il y a différentes armes plus ou moins avancées, un mode “free play” sans vies ni continues, un mode boss rush, une explication des mécaniques et des diverses jauges… Pour un débutant, ça permet de prendre le genre en main très facilement, et pour un joueur plus aguerri, ça permet de personnaliser totalement sa difficulté.

Niveau gameplay, c’est extrêmement fluide, et on n’a aucun souci pour slalomer entre les balles, y compris de manière “instinctive”, sans trop y réfléchir. Les patterns des ennemis et boss sont variés et souvent intéressants voire intelligents : je pense notamment à un boss qui nécessite de se cacher derrière certaines balles pour échapper aux rayons.

Les graphismes sont assez simples, très “tons de violets”, et les fonds sont quasiment inexistants, mais cela permet au jeu de rester très lisible malgré tout ce qui se passe à l’écran, ce qui est le principal pour ce genre.
La musique est globalement assez bonne, avec certains morceaux un peu “hard rock générique”, et d’autres vraiment bons, notamment des musiques de boss qui font penser à du Meshuggah.

De manière classique pour un shmup hardcore, Danmaku Unlimited 3 est très court, mais la difficulté bien relevée sur les derniers niveaux, même en facile, vous empêchera d’en faire le tour en quelques minutes. Bon courage pour aller chopper les rangs S en difficile, moi j’en suis encore à essayer de battre le boss final en facile (il n’y a pas de continue illimité).

A noter qu’une version démo existe sur Android, si vous voulez vous faire une idée.

Bref, un bullet hell bien sympathique, et très accessible aux débutants malgré sa difficulté corsée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.