No More Heroes

No More Heroes est un jeu d’aventure/action qui se veut « décalé ». Sorti sur Wii en 2007, il implémente quelques gimmicks pour utiliser la Wiimote (il faut la secouer pour recharger le sabre), mais globalement utiliser les boutons se passe très bien.

L’histoire est peu intéressante et racontée de manière très décousue, sans explications, comme si les développeurs pensaient qu’elle n’avait pas d’importance : le personnage veut devenir le meilleur assassin du pays, sans qu’on sache pourquoi, il va éliminer des cibles qu’on lui désigne, et c’est tout. Le jeu essaye de faire de l’humour un peu tout le temps, mais le niveau oscille entre le pipi-caca et l’humour de collégien : un personnage principal pervers, la sauvegarde qui se fait aux toilettes, des insultes gratuites, des gerbes de sang en mode Kill Bill (j’ai testé la version Asiatique non censurée)… Tout est plus consternant qu’amusant, et j’ai rapidement eu marre.

La structure de No More Heroes alterne des phases d’action linéaires dans des couloirs où l’on élimine des centaines de clones à la chaîne, et l’exploration d’un minuscule open world assez vide, qui nous propose des mini-jeux et des missions secondaires d’assassinat, le tout avec une physique absurde. Les combats sont très raides, et très basiques : 2 coups, un coup spécial qui se déclenche un peu aléatoirement, et voilà. Les niveaux sont très répétitifs, les ennemis ont tous le même look « Men In Black », les boss sont des sacs à PV ennuyeux, la ville est moche et n’a aucun point de repère mémorable, les missions secondaires sont répétitives et nécessitent énormément d’allers-retours, les collectibles sont inutiles… Après une heure de jeu j’avais déjà un sentiment de répétitivité, au bout de trois ou quatre missions j’ai abandonné, terrassé par l’ennui.

Techniquement, même pour de la Wii ce n’est vraiment pas beau, la PS2 faisait mieux en étant moins puissante ; le jeu se permet en plus de ramer régulièrement, ce qui est particulièrement honteux au vu du peu qui est affiché. Cerise sur le gâteau, la traduction française est mauvaise, avec des fautes ou des tournures de phrases bizarres, en plus d’avoir certains caractères spéciaux qui ne s’affichent pas.

No More Heroes ressemble à un jeu fait par un adolescent rebelle, et pas un très malin. Moche, répétitif, pas fun, j’ai du mal à comprendre son engouement, même pour l’époque.