Red Death

Red Death est un shmup de type “bullet hell” minimaliste, avec un look très marqué en quatre couleurs : rouge, vert, noir et blanc. Ecourtons immédiatement le suspense : ce qui fait sa force fait aussi sa faiblesse, et ce manque de couleurs pose de gros problèmes de lisibilité, car les tirs et les bonus sont de la même couleur, et on se fait facilement toucher sans trop comprendre pourquoi.

Le gameplay est aussi très simple, avec juste un tir, un “overload”, et quelques améliorations à ramasser. Malgré cette simplicité, le gameplay est très déséquilibré : le tir de base, sur lequel on revient à chaque mort, est aussi efficace qu’un pistolet à petits pois, alors que le double laser élimine les premiers boss tellement vite que leurs tirs n’ont même pas le temps de nous arriver dessus, sans parler des missiles qui ressemblent à un troll tellement ils sont mauvais. C’est en jouant qu’on comprend rapidement le problème : quand on perd le jeu devient très difficile, mais quand on gagne il est trop facile. C’était normal sur les shmups des années 80/90 pour pomper les crédits des mauvais joueurs, plus nombreux, mais sur console aujourd’hui, on peut s’attendre à autre chose, comme le démontre brillamment Danmaku Unlimited 3. Il n’y a pas non plus de réglage de difficulté, ce qui le réserve aux plus aguerris ; en revanche, le jeu étant extrêmement court avec seulement 2 niveaux et 4 boss, il est facile à apprendre par cœur, et on progresse énormément à chaque tentative.

Le dernier gros problème, qui enfonce le clou dans le cercueil, c’est que le jeu est très bavard. De temps en temps il y a des dialogues, parfois très longs, souvent impossibles à accélérer, et il se passe régulièrement une bonne minute avant qu’on recommence à jouer. Dans un shmup aussi court et aussi difficile, c’est absolument atroce, et ça ne donne vraiment pas envie de réessayer, au vu du temps perdu à revoir des dialogues déjà lus 10 fois.

Le jeu ne propose absolument aucune option, pas même un mode Tate malgré l’orientation verticale de l’écran, c’est vraiment chiche.

Avec son look très spécial, Red Death donne une première bonne impression, mais les défauts sont trop gros et trop gênants : l’équilibrage inexistant, la lisibilité aléatoire et les dialogues infernaux. C’est d’autant plus dommage qu’il y avait un vrai potentiel.