Super Star Path

Super Star Path est un mélange original de shoot’em up (shmup) et de puzzle “match 3”.

Chacun des 6 niveaux se découpe en 2 parties : un niveau à naviguer qui s’apparente à un puzzle, et un boss en mode “bullet hell”.

Dans les parties “puzzle”, des aliens sont rangés bien sagement, sans bouger, et tirer sur un alien va l’exploser, ainsi que ses voisins de la même couleur. Lorsque la série d’explosions prend fin, les aliens de couleurs différentes sont gelés, et ne peuvent plus être détruits.
Ce qui peut sembler simple, voire simpliste, se corse rapidement avec l’arrivée d’ennemis, et d’obstacles comme des tourelles ou des mines, en plus du simple fait que le scrolling est, certes lent, mais permanent, et il faut réagir et s’adapter en permanence.

Cette partie “puzzle” nécessite une bonne part de réflexion ; tirer à l’aveugle est la meilleure manière de se faire bloquer par une série d’aliens gelés. Elle nécessite également un peu de chance, car les niveaux sont générés aléatoirement, et il arrive régulièrement d’être bloqué sans rien pouvoir faire. Ce côté aléatoire est vraiment le plus gros défaut du jeu, même si il n’est pas trop pénalisant, puisque les niveaux sont assez courts, et que l’on peut les recommencer rapidement (et qu’il est très probable qu’un meilleur joueur que moi ne restera pas bloqué souvent).

Les boss de fin de niveau, en mode “bullet hell”, sont plutôt intéressants et bien faits, avec des patterns assez clairs. Ils sont tout à fait prenables avec un peu de concentration, excepté le boss final, bien costaud.

Super Star Path permet de choisir un vaisseau parmi 10, qui ont chacun des caractéristiques différentes (vitesse, tir, armure) améliorables, mais aussi des caractéristiques spéciales, qui les rendent plus adaptés à certains niveaux. Par exemple, un vaisseau est insensible aux explosions, et est donc parfait pour le niveau avec des mines.
Les améliorations utilisent des bonus qu’on récupère en détruisant certains ennemis, en quantités limitées, et on ne peut pas annuler l’amélioration d’un vaisseau ; je conseille donc fortement de conserver un maximum de bonus pour votre vaisseau de prédilection pour le du niveau final ; personnellement, j’ai dépensé toutes mes améliorations en me trompant de vaisseau, et le boss final m’est devenu totalement inaccessible…

Les niveaux sont très peu nombreux : il n’y en a que 6. Ils se distinguent par les ennemis (qui tirent ou pas, se déplacent ou restent immobiles…) et obstacles présents (mines, tourelles, lance-flammes…), ainsi que le boss final. La difficulté monte progressivement, et les aliens présents dans les niveaux sont placés aléatoirement, mais les algorithmes semblent légèrement différents, avec des niveaux qui semblent de plus en plus denses, et des groupes d’aliens qui semblent de plus en plus petits.

Côté “enrobage”, le jeu est joli et propre, même si assez simple ; les musiques et bruitages sont très corrects ; et il y a une couche d’humour sympathique, avec un pilote qui semble désespéré d’être le seul rempart contre la horde d’aliens face à lui.

En bref, un mélange original et agréable de shmup et de puzzle game.