Transiruby

Transiruby est un metroidvania développé par Skipmore, l’auteur des excellents Fairune et Kamiko, que j’avais beaucoup aimé, et qui est dans la même veine : gros pixels, minimalisme, un grand amour des secrets, une histoire racontée par bribes incompréhensibles, et pas mal d’humour.

Le gameplay est plutôt nerveux et rapide, ce qui le rend rapidement plaisant malgré la physique assez spéciale : on traverse la carte très rapidement, et la parcourir de bout en bout ne prend que quelques minutes. Le jeu est découpé en 4 zones distinctes, reliées par des téléporteurs ; elles sont bien labyrinthiques sans être incompréhensibles pour autant, et bourrées de secrets, dont certains sont d’ailleurs nécessaires pour progresser. La progression est relativement balisée (les « cases » où l’on doit aller sont surlignées sur la mini-carte), mais pas aisée pour autant : il faudra parfois bien chercher partout pour comprendre où trouver ou utiliser un objet ; n’hésitez pas à prendre des captures d’écran des choses qui sortent de l’ordinaire, et de l’endroit où ils sont sur la carte ! La difficulté est très permissive : mourir fait réapparaître au dernier checkpoint sans rien perdre de ce que l’on a acquis entre-temps, ou bien juste devant les boss ; le challenge se situe plutôt dans les énigmes et la compréhension de la progression vers le prochain objectif.

Transiruby est plutôt court : il se termine entre 5 et 10h, et un mode « speedrun » propose d’essayer de le terminer en 3h ; comme dans les autres jeux du développeur, il y a de nombreuses aides aux speedrunners (et à ceux qui voudraient le devenir), avec une sauvegarde des durées d’atteinte de chaque section importante du jeu pour voir où on peut s’améliorer.

Graphiquement, j’aime beaucoup ce style à gros pixels (que l’on retrouve également dans Elliot Quest), qui n’empêche pas les niveaux de fourmiller de détails : les zones sont bien distinctes visuellement et les repères visuels sont bien présents, ce qui permet la navigation « à vue ». La musique est également très sympathique, bien qu’aucun morceau ne vous restera en tête une fois le jeu terminé.

Simple et efficace, avec beaucoup de charme, Transiruby est encore un petit jeu très agréable, qui plaira certainement aux amateurs de minimalisme, ainsi qu’aux speedrunners.